Blettes aux pois chiches

Voici un bon exemple de combinaison légumes + légumineuses, inspiré d’une recette espagnole.

Ingrédients

– une botte de blettes (environ 500 g)
– 1 tasse de pois chiches  (environ 200 g)
– 2 gousse d’ail
– 1 oignon cébette
– huile de olive
– 50 gr de chorizo /1/2 boite de lardons (optionnel)
– 1/2 citron
– confiture de figues
– 3/4 cc de  cumin
–  sel, poivre

Instructions

Faire tremper les pois chiches la veille, si possible en changeant l’eau plusieurs fois. Mettre dans une petite cocotte avec de l’eau froide non salée (au moins 2 volumes d’eau pour 1 volume de graines). Faire cuire à feux moyen pendant 45 min.

Enlever le vert des blettes, les laver, les émincer puis les laisser de côté. Couper le blanc en petit morceaux, les laver (si besoin enlever les fibres) et les mettre au fur et à mesure dans de l’eau citronnée ou vinaigrée pour bloquer l’oxydation.

blettes aux pois chiches

blettes aux pois chiches

Couper les blanc de blettes en petits morceaux, les laver et mettre dans l’eau avec le jus du citron pressé. Dans une sauteuse LJ30 mettre l’huile d’olive, l’oignon émincé, l’ail écrasé, le chorizo en petit carré et les lardons (optionnel). Faire revenir à feux doux 10 min, puis ajouter les blanc de blettes, laisser cuire environ 15 min, ajouter le confit de figue, le poivre, le sel, les pois chiches cuits, remuer et mettre par dessus les feuilles vertes. Fermer et laissez mijoter 5-10 min.

Peut fort bien se servir en plat unique,  accompagné d’une céréale pour être tout à fait complet.

Ragoût de morue à la butternut et eddoe

Lorsqu’on est passionné de cuisine du monde il est difficile de ne pas essayer toutes les tentations que l’on nous propose dans les magasins spécialisés. La dernière en date est un petit tubercule, l’eddoe, cousin d’un tubercule beaucoup plus gros, le taro. Inutile de dire que ce n’est pas vraiment local. On essaye pour connaître, on évalue et on passe à autre chose.

Chez les tubercules, bien qu’ils n’appartiennent pas tous à la même famille botanique, loin s’en faut, d’un point de vue nutritionnel élémentaire c’est un peu comme dans la famille légumineuses, il n’y a pas de grandes différences d’une espèce à l’autre, contrairement aux fruits, légumes et céréales. Ce qui n’empêche pas des différences de goût et de texture y compris à l’intérieur d’une même famille, comme les pommes de terre, par exemple. Et bien entendu, s’il y a des différences de goût c’est que la composition en minéraux, vitamines, anti-oxydants, etc. diffère, mais tous ont leur intérêt.

Ingrédients

– environ 500 g de courge butternut (petite ou une moitié)
– 250 g d’eddoe (ou petit taro)
– 300 g de morue dessalée
– 1 petit pot de coulis de poivron (fait maison)
– 1/2 pot de purée de tomate séchée (solarebio)
– ail
– 2 oignons-tiges
– huile olive

Instructions

Couper la butternut en morceaux et la faire cuire avec 1/2 verre d’eau dans une cocotte de 3L, pendant environ 30 minutes.

Enlever la peau des Eddoes (mettre des gants en cas d’allergie), les couper en petit morceaux et les mettre dans l’eau pour les laver et enlever le gluant. Puis les ajouter par dessus la butternut ou dans un autre cocotte seule environ 20 min.

Mettre la morue à tremper la veille dans l’eau, changer d’eau 2 ou 3 fois.

Dans une sauteuse LJ30 mettre de l’huile d’olive, les oignons émincés, l’ail pressé ; faire revenir 5 min, ajouter la morue, faire cuire 10 min, puis ajouter la butternut et les eddoe, la purée de tomate séchée et la purée de poivrons, remuer et laisser cuire à feux très doux 15 minutes.

ragoût de morue à la butternut et l'eddoe

ragoût de morue à la butternut et l’eddoe

Appréciation : nous étions prévenu par les innombrables blogs de cuisine que le goût de l’eddoe est, comment dire, discret. Nous confirmons, alors que le taro est goûteux, l’eddoe est fade, il demande donc du renfort pour lui donner un peu de goût (pour cela on peut faire confiance à la morue). La texture rappelle celle de l’igname, également utilisé en dessert.